Traité transatlantique : le mythe des créations d’emplois

Traité transatlantique : le mythe des créations d’emplois

Propos recueillis par Alexandre Coste

Alors que le septième volet des négociations sur le traité transatlantique a débuté lundi près de Washington, « Marianne » s’est entretenu avec l’économiste Thomas Porcher, co-auteur avec Frédéric Farah de l’essai « TAFTA : L’accord du plus fort », sur la question de la création d’emplois.


NICOLAS MESSYASZ/SIPA

NICOLAS MESSYASZ/SIPA
Marianne : Le traité transatlantique vise à créer une vaste zone de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Europe. Karel de Gucht, le commissaire européen au Commerce, promet la création de « millions d’emplois ». Qu’en pensez-vous ?
Thomas Porcher Je ne pense pas que cela soit possible. En 1994, l’Accord de libre-échange nord-américain (NAFTA), qui a donné lieu à la création d’une vaste zone de libre-échange entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, promettait déjà de la création d’emploi. Pourtant en la matière, on peut constater aujourd’hui que le bilan est mauvais : les Etats-Unis ont perdu plus d’un million d’emplois entre 1993 et 1999, quand le Mexique a également perdu à peu près un million d’emplois dans la culture du maïs. En ce qui concerne le traité transatlantique, quatre études ont été commandées par la Commission européenne afin d’évaluer l’impact économique de ce partenariat. Seule l’une d’entre elles prévoit la création de deux millions d’emplois de part et d’autre de l’Atlantique. Mais pour arriver à ce chiffre, l’étude part de l’hypothèse que les barrières non tarifaires, à savoir les normes qui protègent les consommateurs, seraient réduites de 25 %. Et ça, personne ne le dit. Les négociateurs ne parlent que de l’impact prétendument positif sur le marché du travail.

Et qu’en serait-il de l’impact sur la croissance ?
Dans les meilleurs scénarios, on arrive à une augmentation de 1,3 % du PIB européen… dans dix à vingt ans ! Autant dire que ça ne répond en rien à l’urgence que représente les 25 millions de chômeurs qu’il y a actuellement en Europe. La majorité des études estiment, quant à elles, que cette augmentation sera inférieure à 1%. Ces prévisions, en outre, se basent sur une évolution linéaire et constante du monde et qui font fi de tout changement politique ou économique. Mais des événements peuvent venir altérer ces prévisions, à l’image de la crise des subprimes à la fin des années 2000. Enfin, ces études partent également du principe que la baisse des prix induira forcément une augmentation de la consommation, comme si les consommateurs étaient des robots, des homo economicus. Hors, des études autrement plus concrètes sur le comportement des consommateurs montrent que ceux-ci ne sont pas forcément attirés par les produits à prix bradés, mais se réfugie plutôt vers les valeurs simples et le durable.

A qui profite ce double discours ?
Aux multinationales. C’est dans leur intérêt que la protection des consommateurs soit rognée. Quand il s’agit de rendre les législations moins contraignantes pour faciliter leur business, les firmes américaines et européennes oublient leur rivalité et parlent d’une même voix. Il y a aussi derrière ce traité un enjeu géopolitique majeur. Si les Etats-Unis convainquent l’Europe de s’aligner à la baisse sur leurs normes, dans l’électronique notamment, les pays extérieurs au traité seront contraints, eux-aussi, de s’y mettre, sous peine de se faire distancer. La volonté d’endiguer la montée en puissance de l’Inde et de la Chine est clairement à l’œuvre dans cette histoire. Là encore, pourquoi le cacher ?


Traité transatlantique : le mythe des créations d'emplois
TAFTA : L’accord du plus fort, Thomas Porcher et Frédéric Farah, Ed. Max Milo, octobre 2014, 64 p., 6,90 €
Publicités

2 commentaires on “Traité transatlantique : le mythe des créations d’emplois”

  1. raimanet dit :

    A reblogué ceci sur raimanetet a ajouté:
    Gouvernement, Banques, Médias et Entreprises de France drôlement dans le brouillard et ne s’ exprimant presque pas sur des enjeux majeurs pour notre peuple qui est maintenant l’ otage de tractations de plus en plus douteuse. Ils ne doivent jamais oublier que seul le peuple détient encore et toujours le pouvoir suprême … il va falloir le dire encore haut et fort avec pour seule arme notre conviction citoyenne.

  2. Là où ces économistes de papier se plantent c’est quand ils disent que l’augmentation des échanges créent des emplois. En fait c’est la tendance préalable de la demande qui finit par augmenter les échanges. C’est donc un oxymore criminel. Ou un syllogisme monstrueux, comme on veut. Bien entendu ce sont les financiers véreux qui propagent ce genre d’idées reçues.