Joseph Stiglitz contre le TAFTA

L’Europe est confrontée aux problèmes particuliers posés par l’euro. Mais il existe certains problèmes communs à long terme auxquels sont confrontés tous les pays avancés. En lieu et place de ces politiques d’austérité erronées, la récession aurait pu devenir le bon moment pour consacrer plus de ressources pour prendre ces problèmes à bras-le-corps. Nous verrions alors des économies plus fortes, à la fois aujourd’hui et pour l’avenir. Au lieu de cela, des deux côtés de l’Atlantique, nous avons laissé ces problèmes s’envenimer.

Il existe quatre problèmes sur lesquels je souhaiterais attirer l’attention. Tout d’abord, dans tous les pays avancés, des transformations structurelles sont nécessaires, à mesure que nous passons d’une économie manufacturière à une économie de services, et que nous nous adaptons aux nouvelles réalités géopolitiques et aux changements associés en matière d’avantage comparatif. Globalement, le nombre d’emplois dans le secteur manufacturier continuera à baisser, la croissance de la productivité dépassant celle de la demande ; et la part des emplois globaux situés dans les pays avancés sera également en baisse. Il restera certains marchés de niches importants, et il faut les cultiver.

Nouveaux emplois

Mais nous devons également faire face à la réalité : nous devons restructurer nos économies et créer de nouveaux emplois dans d’autres secteurs. Les marchés n’accomplissent pas à eux seuls et de manière satisfaisante cette transformation – une autre raison pour laquelle des politiques d’emploi et industrielles actives sont nécessaires. Or, de telles politiques sont proscrites, ou tout du moins découragées, dans le cadre économique de l’Union européenne.

Inégalités croissantes

Une seconde préoccupation concerne l’inégalité croissante, qui déchire le tissu social et affaiblit la démocratie. Avant la crise, la France était l’un des rares pays étant parvenu à éviter, conformément à ses valeurs traditionnelles, les fortes tendances inégalitaires qui ont marqué les Etats-Unis et d’autres pays avancés.

Tout d’abord, des questions morales se posent : l’ampleur des inégalités telles qu’elles existent aujourd’hui, la manière dont elles se sont créées, l’absence d’égalité des chances… tout cela est-il moralement acceptable ?

La solidarité sociale se dégrade et le contrat social commence à se déliter dans les sociétés affectées par de tels niveaux d’inégalité

Mais en outre, comme je le soutiens dans mon livre Le prix de l’inégalité, des questions économiques se posent également. L’inégalité affaiblit nos économies. Je crois en effet qu’elle a joué un rôle important dans la création de la crise, et que cela contribue à expliquer la lenteur de la reprise, surtout aux Etats-Unis, où l’inégalité est plus accentuée – et contrairement à la perception populaire, l’égalité des chances y est inférieure à ce qu’elle est dans les autres pays industrialisés. Dire cela, ce n’est pas souhaiter la création d’une société complètement égalitaire ; c’est dire simplement que lorsque l’inégalité atteint les extrêmes qu’elle a atteints dans de nombreux pays industrialisés, les conséquences néfastes sont immenses.

La montée des inégalités viole l’un des principes fondateurs de la première République, un principe encore cher à beaucoup, non seulement en France mais dans d’autres pays qui partagent ses valeurs héritées des Lumières. Inévitablement, la solidarité sociale se dégrade et le contrat social commence à se déliter dans les sociétés affectées par de tels niveaux d’inégalité.

Réchauffement climatique

Le troisième problème clé concerne l’environnement, et en particulier le réchauffement climatique – et je ne peux ici que le mentionner brièvement. Si les pays industrialisés avaient adopté une taxe carbone, nous aurions fourni aux entreprises des incitations à réduire les émissions et à innover en ayant recours à des technologies à émissions inférieures, tout en créant des revenus tant nécessaires.

La taxe carbone aurait généré davantage d’investissements et une économie beaucoup plus solide

Un nouveau secteur industriel écologique et innovant, ici en Europe, aurait pu voir le jour. Si les entreprises avaient été en mesure d’obtenir les financements nécessaires (à partir d’un système financier restructuré, plus ciblé sur les prêts aux vraies entreprises que sur les manipulations de marché ou la spéculation), la taxe carbone aurait ainsi généré davantage d’investissements et une économie beaucoup plus solide – à la différence d’une augmentation des taxes sur la valeur ajoutée, qui sont régressives et réduisent les revenus réels des citoyens ordinaires. Si une taxe d’ajustement aux frontières avait été ajoutée, les pays récalcitrants, comme les Etats-Unis, auraient été incités à agir ; et dans le cas contraire, la France aurait reçu des revenus et ses entreprises auraient été protégées contre une concurrence américaine déloyale.

Créer une société du savoir

La quatrième question clé est également le sujet de mon dernier livre, Créer une société du savoir, qui paraîtra en français dans un avenir pas trop lointain. J’ai entamé ce discours en me référant aux valeurs des Lumières. Ces valeurs sont non seulement le fondement de notre civilisation, elles sont également la base de notre économie. Pendant des milliers d’années jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, les niveaux de vie étaient stagnants. Depuis, les revenus et l’espérance de vie ont considérablement augmenté.

Au cœur de ces progrès économiques persistants figuraient la création et l’expansion d’une société du savoir

A l’origine de cet essor figurait l’esprit même des Lumières, la remise en cause de l’autorité et des systèmes de préservation de l’ordre ancien, conduisant au développement de la science moderne, à la révolution industrielle et nos à institutions démocratiques. Au cœur de ces progrès économiques persistants figuraient la création et l’expansion d’une société du savoir. Le savoir est affecté non seulement par notre système éducatif, mais par tous les aspects de notre système économique et social. L’un des objectifs de mon livre est d’illustrer cela, en montrant par exemple comment un système de propriété intellectuelle mal conçu peut entraver le savoir et l’innovation, voire même la santé, en particulier dans les pays en développement. Je soutiens également que l’on ne peut séparer le savoir de la démocratie. Ce n’est pas par accident que la philosophie des Lumières a favorisé l’émergence de démocraties, et que les démocraties ont favorisé la création de sociétés du savoir.

Pas acquis

Mais comme nous le rappellent les événements de la semaine dernière, nous ne pouvons pas prendre les valeurs des Lumières pour acquises. Aux Etats-Unis, ceux qui ont tenté d’élaborer des politiques en réponse au changement climatique ont réalisé que ces valeurs doivent être réaffirmées et défendues au quotidien. Les défis à ces valeurs proviennent de l’intérieur comme de l’étranger, y compris en Europe.

Je souhaite terminer en soulignant l’urgence de la situation. J’ai décrit les échecs économiques des pays industrialisés, en particulier en Europe. Ce désastre n’est pas le résultat de la guerre ou d’événements exceptionnels tels que tsunamis, séismes ou ouragans. C’est un désastre causé par l’homme. Quelque chose que nous nous sommes infligé. Cela devrait être profondément troublant. Et il est encore plus troublant de constater que l’Europe persiste à s’infliger cette douleur.

Espoir

Malgré cela, il nous reste un espoir : car si l’Europe venait à changer ses politiques, ce malaise et cette souffrance pourraient enfin cesser. L’Europe possède les mêmes ressources humaines, physiques et naturelles aujourd’hui que celles dont elle disposait avant la crise ; les mêmes talents, les mêmes institutions démocratiques – le produit des Lumières, développé durant plus de deux siècles. Comme nous l’avons vu dans les débats sur la vie privée et la surveillance, la torture, la peine capitale et l’incarcération de masse en Europe et aux Etats-Unis, les valeurs des Lumières sont beaucoup plus enracinées ici que partout ailleurs. Ceux d’entre nous qui croient fermement à ces valeurs se tournent vers l’Europe pour trouver inspiration et espoir.

Mais si le système économique, politique et social basé sur les valeurs des Lumières ne produit rien de mieux en matière d’économie que ce que nous avons constaté depuis quelques années, la foi en de telles valeurs risque de s’effondrer.

Le coût de la crise devrait être mesuré par son effet sur les vies, les rêves et les aspirations des individus et des familles

Les pertes économiques – en grande partie évitables – se sont accentuées. Les coûts futurs à long terme des erreurs actuelles se sont également accrus. Persister dans l’erreur ne produira pas de miracle. Les économistes se concentrent trop sur de simples statistiques – aussi imparfaites soient-elles –, sur le taux de chômage et la croissance. Mais le coût de la crise devrait être mesuré par son effet sur les vies, les rêves et les aspirations des individus et des familles.

Les échecs sont flagrants. Alors que toute prévision de croissance a été revue à la baisse, il est remarquable de constater à quel point la confiance dans des politiques clairement défaillantes demeure à l’ordre du jour. Ces politiques sont renouvelées avec toujours plus de vigueur. De nouvelles prévisions optimistes sont publiées, et aussitôt démenties. Le problème n’est pas que ces politiques n’ont pas été appliquées, mais bien au contraire qu’elles l’ont été. Les dirigeants économiques en tireront-ils un jour la leçon ?

Ce qui est à faire est clair. Les coûts liés à l’inaction sont également clairs. Le retard s’est avéré excessivement coûteux à la société européenne, à sa démocratie, à son économie. L’Europe a trop tergiversé. Le temps est venu d’agir.

Traduction: Yannick Muet

Ce texte est extrait d’un discours tenu à Paris le 13 janvier dernier, à l’invitation de Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, qui nous a aimablement autorisé à le publier.

Joseph Stiglitz
Publicités

One Comment on “Joseph Stiglitz contre le TAFTA”