LA COMMISSION EUROPEENNE PROPOSE UN SUPER TAFTA

LA  COMMISSION  EUROPEENNE  PROPOSE  UN  SUPER  TAFTA
Un  bourbier  bureaucratique  enlisera toute  nouvelle  législation et  la  démocratie
Lors  de  la  dernière  phase  des  négociations  commerciales  entre  les  Etats-­Unis  et  l’Union  européenne,   la   Commission   européenne   avait   soumis   un   premier   projet   de   texte  juridique   sur   la   «coopération   réglementaire»   dans   le cadre   du Partenariat transatlantique  sur  le  commerce  et  l’investissement  (TAFTA  ou  TTIP).  La  coopération  règlementaire  est  un  élément  essentiel  dans  l’accord  proposé.  Comme  les  taxes  entre  les  Etats-­Unis   et   l’Union   européenne   sont   relativement faibles,   les   principaux   avantages  qu’attribue   la   Commission   européenne   au TAFTA/TTIP,   sont   censés   provenir   de  l’harmonisation  des  normes  règlementaires  entre  les  Etats-­Unis  et  l’Union  européenne.
L’objectif   de   la   coopération   réglementaire   est  donc  d’aligner   les   procédures   et
règlements   existants   et   à   venir   aux   Etats-‐Unis   et   dans   l’Union   européenne,   afin   de  «réduire  les  exigences  règlementaires lourdes,  qui  font  double  emploi  ou  se  contredisent,  et  nuisent   au   commerce   et   aux   investissements»1.   La   Commission   propose   de   mettre   en  place  un  «Organe  de  coopération  règlementaire»,  composé  de  fonctionnaires  des  deux  parties,  dont  la  tâche  sera  d’évaluer  si  les  lois  aux  Etats‐Unis  ou  dans  l’Union  européenne  sont  compatibles  entre  elles  et  à  l’épreuve  «du  commerce  et  des  investissements».  Si  ce  n’est  pas  le  cas,  cet  organe  pourra  soumettre  un  certain  nombre  de  propositions  pour  améliorer  l’harmonisation de  ces  lois ou  pour  réduire  leurs  incidences  et  leurs coûts  sur  les  échanges  commerciaux.
Certes,  il  peut  sembler  tout  à  fait  raisonnable  et  peu  contestable  de  vouloir coopérer  sur  le   plan   règlementaire,   mais  après une   lecture   attentive   du   projet,
tous   les   signaux  d’alarme   passent au   rouge.   Les   négociateurs   commerciaux   de   l’Union   européenne  proposent un  système  plein  d’embûches,  un  véritable  «bourbier bureaucratique»  qui  pourrait  empêcher  tout  accord  sur  de  nouvelles normes  destinées  à  protéger  l’intérêt  public.
Bien  sûr,  il  ne  s’agit  pas  de nouveaux obstacles pour  le  commerce,  car  la  raison  même  de  cette   proposition   est   de   réduire   ce   que   la   Commission   appelle  «les   lourdeurs  bureaucratiques» pour   les   entreprises. Non,   il   s’agit   des   embûches   et  des  obstacles  destinés  aux décideurs  européens  et  (potentiellement) aux gouvernements  nationaux,  l’objectif  étant de  ralentir,  d’affaiblir  ou  d’arrêter  entièrement  l’élaboration  de  lois  dans  des   domaines   comme   la   protection   des   consommateurs,   la   santé   et   la   sécurité,  l’environnement,  le  travail,  les  marchés  publics,  l’énergie  et l’alimentation.
Cette   proposition  confère   aux   lobbies   industriels   une   influence  d’une   ampleur  sans  précédent.  Ces  derniers  pourraient  se  voir  accorder  un  pouvoir  accru  pour stopper  ou  affaiblir   toute   réglementation   qui, selon   eux, aurait des   incidences  négatives   sur   le  commerce   et   les   investissements.  Cette   proposition   fait  passer le   commerce   et   les  investissements  avant  toute  autre  considération.  Avec  un  tel  système,  un  petit  groupe  de  responsables  non  élus  se  verrait  doté  du pouvoir  énorme  d’arrêter  ou  de  vider  de  leur  contenu des   règlementations   et   des normes,   avant   même  que  des   organes     électifs comme   les   parlements,

n’aient  eu   leur mot   à   dire:   c’est   une   atteinte   grave   à  notre  système démocratique.
Voici  les  10  raisons  pour  lesquelles  la  proposition  de  la  Commission  européenne  sur  la  coopération  règlementaire  menace  gravement  les processus  décisionnels et  législatifs  ainsi  que l’intérêt  général.  Une  raison  de  plus  d’arrêter  le  TAFTA/TTIP

1. Cette  proposition affaiblit  et  ralentit les  lois  de  l’Union  européenne qui ont  pour  but  de  protéger l’intérêt général

En  vertu  de  l’article  7  du  projet  de  texte,  les  règlementations  devront  être évaluées selon la   façon   dont   elles (a) sont   liées   à   des   instruments  internationaux; (b)   prennent   en compte  les  approches  règlementaires  de  l’autre partie;  et  (c)  ont  des  incidences  sur  le commerce   et   l’investissement.   La   grande  majorité   des   nouvelles   règlementations européennes  agissant  dans  l’intérêt  général  seront  différentes – et  dans la plupart des cas,  plus  strictes – que  les normes  internationales  ou  états‐uniennes  existantes, et/ou entraîneront   des   coûts  pour   les   industriels   (et auront ainsi des   incidences   sur   le commerce  et l’investissement).  Nous  allons  donc  permettre  à  cet Organe de  coopération règlementaire de remettre  en  question quasiment toutes  les  nouvelles propositions  de réglementation  de  l’Union  européenne.
L’Organe   de   coopération   règlementaire fera   des   recommandations -­ en   vue d’harmoniser  les  normes  états‐uniennes  et  européennes  ou  de  réduire  les incidences  sur le   commerce   et   l’investissement ‐ qui se   traduiront   très  probablement   par   un affaiblissement  des  normes et/ou  des  retards  dans  leur mise en  œuvre.
Le   texte   proposé n’a   pas   pour   but   de   contrôler   dans   quelle   mesure,   un  règlement  favorise   les   objectifs   de   soutenabilité   environnementale   de   l’Union   européenne  (réductions  des  émissions,  conditions  de  sécurité  au  travail,  transparence,  respect  des  Droits  humains,  sécurité  alimentaire).  Si  c’était  le  cas,  il  serait  du  ressort  de  l’Organe  de  coopération  règlementaire  de  défendre  une  amélioration  des  règlementations  en  projet.  Comme   le   caractère   soutenable   est   exclu   des   critères   examinés,   l’évaluation   des  règlementations   ne   peut   que   conduire   à   une   dégradation   de   la   réglementation.

2. Les   recommandations   de   l’Organe   de   coopération   règlementaire   sont  destinées   à   retarder,  supprimer   ou  vider   de   leur   contenu les  règlementations  d’intérêt  général.

Dans  les  cas  de  divergences  entre  les  textes  règlementaires  états‐uniens  et  européens  ou  d’incidences  sur  le  commerce  et  l’investissement  (ce  qui, en  clair,  est  le  cas  de la  plupart  des   projets   législatifs),   les   parties   et   l’Organe   de   coordination   règlementaire   peuvent  recommander   un   certain   nombre   de   mesures   pour   favoriser   la   compatibilité règlementaire   (article   11).  Toutes   les   mesures   proposées   peuvent   donner   lieu   à   un  affaiblissement,  un  ralentissement  ou  un  arrêt  complet  des  règlementations:
-­‐ reconnaissance  mutuelle  de  l’équivalence  des  textes  législatifs
Cela   se   traduira   probablement   par   le   fait   que   les   entreprises   états‐uniennes
seront   autorisées   à  accéder   au marché   européen   avec   des   produits   ou   des  services  qui  respectent  les  normes  – souvent  plus  basses  –des  Etats‐Unis  et  vice

versa.  Ainsi  donc,  et  même  si  les  règlementations  n’ont  pas  été  modifiées,  on  assistera   à   une   baisse   de   la   protection.   De   plus,   les   entreprises   européennes
seront  désavantagées  puisqu’elles  auront  à  respecter  des  normes  domestiques  plus  élevées.  En  fin  de  course,  il  y  aura  des  pressions  pour  exiger  une  baisse  des  normes  de  l’Union  européenne.
-­‐ Harmonisation   des   textes   règlementaires   grâce   à   l’élaboration   de  nouveaux  instruments  internationaux  ou  au  rapprochement  des  règles  et  procédures  sur  une  base  bilatérale.
L’objectif  est  d’atteindre  un  accord  sur  des  normes  conjointes  entre  les  Etats‐Unis  et  l’Union  européenne,  ou  même  sur  des  normes  mondiales.  Cela  ne  peut  que  provoquer  d’importants  retards  et  pourrait  se  traduire  par  l’abandon  de
textes  législatifs  s’il  n’y  a  pas  d’accord  international.
-­‐ Simplification   des   textes   législatifs   qui   répondent aux  lignes   directrices   et  
principes  communs.
Bien  que  la  formulation  soit  imprécise,  elle  sera  probablement  interprétée  dans  le  sens  d’une  simplification  des  règlements, de  façon  à  réduire  les  coûts  pour  les  entreprises,  ce  qui, dans  la  plupart  des  cas, entraînera  un  affaiblissement  des  normes.

3. Le  texte  proposé  veut  aussi  couvrir  tous  les  textes  législatifs  des  états  membres

Le  projet  de  texte, publié  par  la  Commission  en  janvier, ne fait  référence  qu’aux  textes  réglementaires  de  l’Union  européenne  et  du  niveau  fédéral  des Etats‐Unis. Dans  l’article  12,  cependant,  il  est  clairement  dit  que  la  Commission  présentera ultérieurement  des  propositions  pour  étendre  le  cadre  de  sa  proposition aux  états des  Etats‐Unis  et  aux états  membres  de  l’Union  européenne.  Ainsi,  tout  futur projet  de  loi  d’un  état  membre  de  l’Union  européenne  sera  examiné  par  l’Organe  de  coordination  règlementaire,  ce  qui  donnera  à  cet  organe  un  pouvoir extraordinaire  pour  peser  sur  les  règlementations  à  tous  les  niveaux  de  l’Europe et  des  Etats‐Unis

4.  Le  projet  de  texte  relatif  à  la  coopération  règlementaire  va  bien  au‐delà  du   cadre   du   TAFTA/TTIP   et   couvre   aussi   les   mesures   d’exécution   et   les  actes  délégués

En  vertu  de  l’article  3,  tous les  actes règlementaires  sont  couverts  par  le  projet de
texte  sur  la  coopération  règlementaire.  Cela  inclut  donc  aussi  des  secteurs  et  desproduits  qui  ne  font  pas  partie  des  négociations  du  TAFTA/TTIP.  Cela  signifie  non  seulement  que  la  portée   du   TAFTA/TTIP   est   étendue   de   façon  inacceptable   bien   au‐delà   du   mandat  officiel  de  négociation,  mais  aussi  qu’il  faut  craindre  que  tous  les  problèmes,  produits  ou  domaines   qui   sont   exemptés   du   TAFTA/TTIP,   puissent   être   quand   même   concernés, ultérieurement, par  des mesures  issues  de  ce  mécanisme  de  coopération  règlementaire.
L’Organe  de  coopération  règlementaire  ne  se  limite  pas  à  interférer  dans  les  procédures d’élaboration  des  principaux  textes  de  lois,  comme  les  règlementations  ou  les  directives,  mais  il  peut  aussi  faire  des  recommandations  concernant  les mesures  d’exécution  et  les  actes  délégués. Il  s’agit  d’actes  de  droit  ou  législatifs  dérivés,  ayant  pour  but  d’amender  des   éléments   non   essentiels   des   principaux   textes   législatifs   ou   de   garantir une  application  uniforme  des  textes  de  lois  dans  toute  l’Union  européenne.  La  Commission européenne  a  un  rôle  très  important  dans  les  mesures d’exécution  et les actes délégués,  et  le  contrôle  démocratique  des  autres  organes européens,  comme  le  Parlement  ou  le  Conseil,

est  plus  faible.  Ces  procédures complexes  et  opaques (comitologie) échappent  presque  complètement  à  l’attention  des  media  et  des  citoyens.
Comme   le   diable   se   cache   dans   les   détails,   les   décisions   les   plus   importantes   sont  souvent  prises  lors  de  ces  procédures.  Il  y  a  donc  un  risque  très  important  que  l’Organe  de  coopération  règlementaire  exerce des  pressions  qui  entrainent  l’affaiblissement  des  mesures   d’exécution et des   actes   délégués.   Dans   ce   cas,   il   serait   pratiquement  impossible  pour le  Parlement  européen  ou  tout  autre  corps  élu  de  pouvoir revenir  sur  les  modifications  apportées.

 5.   La   Coopération   règlementaire  donne   aux   milieux   d’affaires   un   poids  énorme

Le  texte  actuellement  proposé,  relatif  à  la  coopération  règlementaire,  a  été fortement  influencé  par  les  lobbies  industriels 2. Il  n’est  donc  pas  étonnant  qu’il  accorde  aux  milieux  d’affaires  un  poids  énorme  pour  que  ceux‐ci  puissent  affaiblir  ou retarder  les  législations  qu’ils considèrent  comme  «facteurs de  friction commerciale»,  c’est‐à‐dire  tout  type  de  lois   ou   normes   d’intérêt   général   qui   provoque   des   coûts   supplémentaires   pour   les  entreprises.  Bien  que  tout  droit  garanti  à  des  parties  prenantes  externes  s’applique  en  principe  aussi  aux  citoyens  et  aux  organisations  de  la  société  civile,  dans  la  réalité,  ce sont  principalement  les  milieux  d’affaires  qui  en  profiteront  et  cela,  pour  deux  raisons.  Premièrement,  ce  sont  principalement  les  groupes  de  pression  de  l’industrie  qui ont  les  moyens   de   suivre   efficacement   et   d’influencer   le   travail   de   l’Organe   de   coopération  règlementaire.
Deuxièmement, et   comme   mentionné   dans   le   point   2,   l’Organe   de  coopération règlementaire  peut  être  principalement  utilisé  pour  affaiblir  et  retarder  les  textes de  lois.  Comme  cet  organe  n’a  pas  pour  but  d’améliorer  les  textes  législatifs  qui ne  contribuent   pas   suffisamment   à   la   soutenabilité   environnementale,   les groupes   de   la  société  civile  ne  verront  que  peu  d’intérêt  à  utiliser  ce système.
L’article   6   indique,   de   façon   très contraignante,   que   l’Union   européenne   doit   inclure dans  chaque  procédure  règlementaire  une  consultation  des  parties  prenantes, et  qu’elle doit prendre  en  compte  les  contributions  reçues. En  vertu  de l’article  15,  l’Organe  de coopération   règlementaire   organise   une réunion   annuelle  avec   les   parties   prenantes pour  un échange  de  vues.  Les  parties  prenantes  peuvent  présenter  leurs positions et observations   et   soumettre   des   propositions   concrètes. L’Organe   de   coopération règlementaire doit examiner    attentivement  ces  suggestions.  Une  réponse  écrite doit être  donnée  aux  parties  prenantes,  sans  trop  tarder. Ce  système  va  fournir  aux  milieux d’affaires  l’outil  idéal  pour  s’opposer  à  des  mesures  législatives  et  faire  valoir  qu’elles provoqueront  des  coûts  supplémentaires  pour  les  entreprises.  Personne  ne  s’étonnera d’apprendre  que  les  milieux  d’affaires  pèsent  de  tout  leur  poids  pour  que  la  coopération règlementaire  soit  incluse  dans  le  TAFTA/TTIP.

6.  L’industrie   pourra   intervenir   dans   les   mesures   législatives,   à   tout  moment  du  processus

L’article  10  stipule  que  les  échanges  sur  la  réglementation  (discussions  entre  l’Union  européenne   et   les   Etats‐Unis   sur   la   façon   d’aborder   les   incidences   potentielles   d’une  nouvelle   mesure   règlementaire   de   l’Union   européenne   sur   le   commerce   et  l’investissement,  ou  discussions  sur  une  divergence  avec  les règlements  états‐uniens)  peuvent  avoir  lieu  à  tout  moment de  l’élaboration  du texte règlementaire  et  peuvent  se  poursuivre  jusqu’à  son  adoption.  Cela  signifie, qu’à  n’importe  quelle  étape  du  processus,  les   Etats‐Unis,   les   multinationales   et   l’Organe   de   coopération   règlementaire   peuvent  soulever  des  questions  et  exiger  l’application  des  mesures  mentionnées  dans  le  point  2,  et  que  ces  protagonistes
jouissent  tout  au  long  du  processus, de  la  possibilité  d’affaiblir  et retarder  des  mesures  règlementaires.

7. Effet  dissuasif – certainement  la  conséquence  négative  la  plus  importante  de  la  coopération  règlementaire

On  a  déjà  vu  que  le  mécanisme  de  règlement  des  différends  entre  états  et  investisseurs (RDIE  ou  ISDS  en  anglais) avait  un  «effet  dissuasif»: les  décideurs politiques  hésitent  à  voter   de   nouvelles   règlementations.   De   même,   la  principale   conséquence   de   la  coopération  règlementaire  sera  de  dissuader  le législateur. Si  les  législateurs  européens  savent  qu’à  toute  étape  du  processus législatif,  leur  travail  peut  être  contesté  par  les  Etats‐Unis  et  l’Organe  de coopération  règlementaire  et  que  ceux‐ci  peuvent  les  obliger  à  prendre   en compte  de   nombreuses   suggestions   qui   affaiblissent   ou   retardent   leur  propre projet  de  texte,  il  est  évident  que  cela  aura  de  fortes  incidences  sur  le  processus  décisionnel  et  les  choix  politiques.  La  coopération  règlementaire  risque  de fortement  tempérer   l’envie   et   la   volonté des   responsables   politiques de  favoriser des   normes  d’intérêt  général  plus  élevées  et  plus  strictes.  Les  décideurs pourraient  être  amenés  à  affaiblir  dès  le  début  les  normes  proposées,  anticipant ainsi  la  possibilité  qu’elles soient  reformulées  par  l’Organe  de  coopération règlementaire.

 8.  Les  parlements  sont  marginalisés

La  coopération  règlementaire,  telle  qu’elle  est  proposée  dans  le  TAFTA/TTIP, sape le fonctionnement   démocratique   de   l’Union   européenne   et   de   ses   Etats membres.   Elle permet   à   un   pays   étranger   et   à   un   organe   composé   de fonctionnaires non   élus, de contrôler   les   projets   de   lois et   d’imposer   une révision, avant même   que   les   corps  législatifs   élus,   comme   le   Parlement européen,   les   parlements   nationaux   et   les  gouvernements   des   états   membres  n’aient   eu   la   possibilité   de   les   examiner. C’est   un  pouvoir  énorme  qui  est concentré  dans  un  petit  groupe  de  personnes  qui  n’ont  aucun  compte  à  rendre aux  citoyens  européens,  mais  peuvent  faire  ainsi  passer  les  intérêts  de  l’industrie et  de  la  finance  avant  tout  autre  intérêt,  et  avant  que  les  représentants  élus  des citoyens   n’aient  eu  leur   mot  à   dire.   Cette   proposition   de   la   Commission   est une  attaque  directe  contre  nos  principes  démocratique

9.   L’Organe   de   coopération   règlementaire   dispose   de   moyens   de persuasion  forts

Un  élément  central  de  la  proposition de  la  Commission sur  la  coopération règlementaire,  est le  fait  que  l’Organe  de  coopération  règlementaire puisse  faire  un  certain  nombre  de propositions pour accroitre  l’harmonisation  des  mesures  et réduire  leurs  incidences  et leurs   coûts   pour   les   industriels.   Alors   que formellement, l’Organe   de   coopération règlementaire  n’a  pas  directement  le  pouvoir  de  modifier  les  règlementations  et  que  le droit   des   gouvernements   à règlementer   est   officiellement   reconnu,   le   texte   confère  cependant   à   cet organe   des   pouvoirs   de   persuasion   très   forts que ni les   législateurs européens,  ni les   législateurs   nationaux ne   peuvent   ignorer facilement .   Les   parties doivent  présenter à   l’Organe   de   coopération   règlementaire, une   liste   annuelle  des mesures  législatives  en  projet  (article  5);  les  parties  doivent  aussi  évaluer  dans  quelle mesure,   chaque   mesure   règlementaire   se   rattache   aux   lois   états‐uniennes   et internationales,  et  a  des  incidences  sur  les  échanges  commerciaux (article  7); si  une plainte  parvient  à  l’Organe  de  coopération  règlementaire, les parties ont  pour  obligation de procéder  à  un  échange  de  vues (article  9);  les parties devront  participer  de  façon constructive  (article  9), agir  promptement (article  10) et apporter  des  réponses  sans retard  indu  (article  11).

10.  La  coopération  règlementaire  met  en  place  un  champ  de  mines  pour  les gouvernements

La  coopération  règlementaire,  sous  la  forme  proposée  par  l’Union  européenne dans  le TAFTA/TTIP,  est  un  système  dont  le  but  affiché  est  de  mettre  en  place un  grand  nombre de  barrières  et  d’obstacles  dans  les  processus  de  décision  de l’Union  européenne  et  des gouvernements  nationaux.  Les  Etats‐Unis  et  les milieux d’affaires  se  sentiront  d’autant plus soutenus   pour   vider   de   leur   contenu, retarder   et   même   stopper   de   nouvelles législations.   Il   est   demandé   aux législateurs   de   suivre   des   procédures   qui   peuvent provoquer  des  années  de retard, et  de  prendre  au  sérieux  la  moindre  réserve  soulevée, quelle que  soit  sa pertinence  pour  le  processus  d’élaboration  des  politiques.
Cette  proposition  de  la  Commission  est une  énorme  usine  à  gaz  bureaucratique,
dotée  de fonctionnaires   qui   devront   évaluer   dans   quelle   mesure   la   moindre   loi   nationale   ou européenne   se   rapporte   à   des   lois   similaires   aux   Etats‐Unis.  Nous   assisterons   à   des négociations sur  l’harmonisation  des  règles avec  des négociateurs  états‐uniens, sans  fin et  souvent  sans  résultat.  Toutes  ces  procédures  vont  créer  un bourbier bureaucratique où  s’enliseront les  gouvernements.  De  plus,  ellesseront  particulièrement  coûteuses  pour les  contribuables.  Mais  le  but  sera atteint : les  législateurs  de  l’Union  européenne  et  des états membres n’oseront même plus   promulguer   de   nouvelles   lois   pour   protéger l’intérêt  général.
———————
1 http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2015/february/tradoc_153120.pdf
2 Fin  2012,  Business  Europe  et  la  Chambre  de  Commerce  états-­‐unienne rencontrèrent  plusieurs  fois  la  Commission  européenne  pour  faire  avancer  leurs  propositions  en  vue  d’une  coopération  règlementaire: http://corporateeurope.org/sites/default/files/businesseurope‐uschamber‐paper.pdf
Voir  aussi:  http://corporateeurope.org/international‐trade/2015/01/ttip‐regulations
-­handcuffed
—-
Merci aux Amis de la Terre
Publicités