L’abominable TAFTA (GMT ? TTIP ?) pour les « nuls » !

TAFTA Drapeau US stop no

 Le TAFTA, ça sert à quoi ?

L’idée de mettre en place une zone de libre échange transatlantique ne date pas d’hier puisque juste après la chute du mur de Berlin, la poussière n’était pas encore retombée que les États-Unis et les États européens signaient déjà une première « résolution transatlantique ». Mais le TAFTA irait mille fois plus loin, puisqu’il prévoit une véritable zone de libre échange total pour le commerce et les investissements entre les USA et l’UE. En gros, on demande aux États de se plier aux normes créées par et pour les multinationales, de l’ultra-libéralisme agressif.

Pourquoi cela nous concerne tous ?

Ce Traité nous concerne tous car aujourd’hui, l’économie réunit tous les domaines dans la société. Cet accord s’il était signé mettrait donc dans la balance notre sécurité alimentaire, notre politique concernant l’écologie, l’énergie, la santé, la culture, l’emploi, la sécurité sociale et le secteur public en général, la liberté du web… Pour faire bref, il pourrait transformer le modèle « social » français en celui des États-Unis, vous savez, cet Eldorado où plus de 15% de la population vit sous le seuil de pauvreté…

stop-tafta.jpg

Pourquoi faut-il dire NON au TAFTA ?

TAFTA propose d’harmoniser les normes existant aux États-Unis et en Europe. Si on lit cette phrase avec naïveté et bonté, on peut se dire qu’il n’y a rien à craindre d’un traité comme celui-là.

Par exemple, pour notre sécurité alimentaire, l’UE n’autorise pas certains produits car les OGM qu’ils contiennent ne respectent pas certaines normes. Mais ne croyez pas que TAFTA empêchera également la consommation de ces produits aux États-Unis afin d’harmoniser les normes en faveur des citoyens consommateurs. Non, cela se saurait si les accords commerciaux se préoccupaient de notre santé. C’est bien le commerce qui doit être favorisé par le Traité.

Accepter ce Traité, c’est ouvrir les portes à un cheval de Troie dépossédant nos « élus » – déjà maîtres de si peu de choses – de leurs possibilités de poser des garde-fous aux désirs cupides des multinationales ! Et donc de voir les OGM débarquer dans nos assiettes en toute légalité et sans aucun recours citoyen possible !

Comment les « élus » pourront-ils freiner le TAFTA ?

Ils ne le pourront pas, ou très difficilement. On l’a vu, cet accord garantit des conditions de commerce optimales dans toute la zone du monde dit « occidental ». Qui dit conditions de commerce optimales dit que tout État qui tentera de s’élever contre une décision d’une multinationale devra répondre de ses actes devant un Tribunal international indépendant. Qui dit indépendant des États dit non démocratique. Ces tribunaux, au nom du sacro-saint commerce, donneront donc naturellement raison aux multinationales et à leurs velléités face au désir des États de protéger leurs citoyens.

Les entreprises porteront plainte dès qu’elles jugeront qu’un État, par ses lois et règles, porte atteinte à ses profits réels ou espérés. On voit vers quelles dérives cela peut nous mener.

tribunal tafta

S’il y a de quoi s’indigner, ce genre de pratiques existe déjà : le cigarettier Phillip Morris a attaqué l’Uruguay et l’Australie à cause de leur législation anti tabac, une société américaine a attaqué le Canada parce que le pays refuse l’extraction du gaz de Schiste, plusieurs pays européens ont attaqué l’Égypte parce que le pays à augmenté le salaire minimum… (vive la mondialisation économique !)

Demain avec le TAFTA, l’Europe dira bonjour aux médicaments testés on ne sait comment aux États-Unis, aux OGM, à l’exploitation du gaz de Schiste, au poulot chloré, au bœuf aux hormones, au porc à la ractopamine etc. En revanche, elle pourra dire adieu au salaire minimum, à la neutralité du net, à la sécurité sociale, à l’exception culturelle etc.

C’est clairement un accord qui retirerait le peu de souveraineté qui restait au peuple. Cette souveraineté ira toute entière aux plus gros groupes économiques du monde… Il fait rêver le monde de demain, non ?

Pourquoi autant de noms donnés au TAFTA ?

Pour noyer le poisson, évidemment ! On l’a dit, les accords entre UE et USA sont régulièrement mis à jour et tout aussi régulièrement combattus par les citoyens. Cet accord commercial transatlantique est déjà sur les bureaux depuis moult années. Déjà entre 1995 et 1997, on avait essayé de nous avoir avec le projet d’accord multilatéral sur l’investissement (AMI). Cet accord était resté secret sauf que dès qu’il a été révélé au grand jour, il a soulevé une vague de protestation telle qu’il a été abandonné.

Suite à cela, et notamment depuis 2008, les négociations pour un grand projet commercial transatlantique s’enchaînent – en secret – et pour encore plus de discrétion, se cachent derrière de nombreux noms compliqués à retenir. J’ai choisi celui de TAFTA – Transatlantic Free Trade Area  – mais j’aurais aussi bien pu l’appeler le TTIPTransatlantic Trade and Investment Partnership. En français aussi, le TAFTA a fait des émules : on entend parler du GMTGrand Marché Transatlantique -, de l’APTAccord de Partenariat Transatlantique – et comme jamais deux sans trois, il est aussi surnommé le PTCI – Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement.

Mais la seule règle à retenir est celle-là : peu importe le nom que vous choisirez d’utiliser, il n’y a qu’un seul Traité, il est très dangereux et à combattre vigoureusement. Ne laissons pas ces effets de fumée nous diviser !

Un autre secret bien gardé : l’arnaque du CEPR

Après avoir lu tout cela, vous devez tout de même vous demander (et moi aussi d’ailleurs) : Mais alors, pourquoi vouloir de ce Traité puisqu’il a l’air si nul ?

Selon un rapport du CERP, le Traité sera une bouffée d’oxygène pour l’Europe et permettra à tous les ménages de gagner la bagatelle de 500€/an en plus à partir de 2029 ! La belle affaire. Car si vous êtes malins, et je sais que vous l’êtes, vous vous dites : Oui, mais d’ici 15 ans avec l’augmentation du coût de la vie, ces 500€ ne vaudront pas grand chose ! Et puis attendre 15 ans, pfff ! Et vous avez raison.

tafta

L’arnaque va beaucoup plus loin, car vous savez qui a dirigé l’étude du CERP (Center of Economic Research Policy) ? C’est Guillermo de la Dehesa, un conseiller de la magnifique banque Goldman Sachs. Il est entouré entre autres d’un conseiller d’un laboratoire pharmaceutique et d’un ancien dirigeant de Coca-Cola. Slurp ! D’autres puissantes multinationales poussent en faveur de la validation du TAFTA telles que Walt Disney (désolé pour les adorateurs de Mickey), Michelin, Nestlé, Unilever, la Warner, Microsoft et j’en passe.

Et cerise sur le gâteau, on trouve aussi dans les ardents défenseurs du TAFTA Michael Taylor, l’ex vice-président de la multinationale à boycotter, Monsanto. Il s’exprime désormais au nom de la FDA, Food and Drug Association. Le monde tourne à l’envers non et j’ai un peu chaud, pas vous ?

Voyez au grand jour le visage de ce que l’on appelle la « démocratie occidentale » : un traité opaque dont les médias ne parlent pas sciemment et dont les citoyens n’ont pas connaissance, soutenu par les plus grosses entreprises du monde, pourrait venir supplanter les souverainetés étatiques afin de porter l’ultra-libéralisme à son paroxysme. Injustice total(itair)e !

Conclusion

Le TAFTA serait LE moyen légal pour les lobbies et autres groupes d’influence pour faire valider en Europe toutes les « saletés » qu’ils ont cherché à faire passer sans succès depuis une quinzaine d’années. Il est encore temps d’empêcher ce désastre et cette future tyrannie des multinationales sur les États et les peuples. Les élus européens vont devoir se prononcer sur ce grand marché transatlantique. Aujourd’hui, ils sont 70% à se dire plutôt favorables au TAFTA. Seront-ils toujours autant dans quelques semaines après les élections, surtout si les citoyens se mobilisent ?

Soyez-en sûrs, une fois mis en action, ce Traité sera indestructible. Alors il faut agir, et maintenant !

Publicités