La Belgique bloque la signature du CETA

Bruxelles bloque la signature du CETA

 Ministre bruxellois des Finances et des Relations extérieures, Guy Vanhengel © BELGA

 Ministre bruxellois des Finances et des Relations extérieures, Guy Vanhengel © BELGA

Didier Reynders ne recevra pas de mandat du gouvernement bruxellois pour la signature de l’accord de libre échange entre l’UE et le Canada qui doit avoir lieu d’ici mercredi prochain.

 Le gouvernement bruxellois ne donnera pas de mandat au ministre des Affaires étrangères pour signer l’accord de libre échange entre l’Union européenne et le Canada (Ceta) d’ici le 12 octobre prochain car il ne dispose toujours pas officiellement du texte définitif de la déclaration interprétative dont la rédaction avait été annoncée le 23 septembre dernier, a affirmé vendredi le ministre bruxellois des Finances et des Relations extérieures, Guy Vanhengel.

Didier Reynders se défend, affirmant que cette note interprétative accompagnant le traité de libre échange entre l’Union européenne et le Canada (Ceta) a été transmise mercredi soir par les Affaires étrangères à l’ensemble des ministres-présidents, en ce compris, donc, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort.

Pas de décision à la va-vite

« Le gouvernement bruxellois ne dispose pas encore du texte définitif de la déclaration interprétative. Nous ne pourrons donner de mandat dans les temps voulus« , a notamment déclaré Guy Vanhengel (Open Vld), interrogé vendredi en séance plénière du parlement bruxellois par Michaël Verbauwhede (PTB) et Zoé Genot (Ecolo). Celle-ci a indiqué à l’attention du gouvernement Vervoort qu’adversaires et partisans régionaux du Ceta pouvaient « au moins s’entendre sur le fait que l’on ne pouvait s’engager à la va-vite dans un délai de six jours sur la déclaration interprétative« .

La séance de l’après-midi du parlement régional a été précédée d’une manifestation, aux portes de l’édifice hébergeant l’assemblée bruxelloise, d’une bonne centaine de militant contre le Ceta et le traité de libre-échange transatlantique (TTIP ou Tafta), deux accords commerciaux en préparation. Y ont pris part, entre autres, des militants de la CNE et de la FGTB, ainsi que des militants et députés du PTB, du PS, et d’Ecolo.

12 et 27 octobre

Le gouvernement fédéral veut être en mesure d’approuver le Ceta mercredi prochain, lors de la réunion des 28 ambassadeurs des pays membres de l’UE, mais pour ce faire, il a besoin du feu vert des entités fédérées. La signature formelle du CETA par l’UE et le Canada est prévue le 27 octobre, lors d’un sommet à Bruxelles en présence du Premier ministre canadien Justin Trudeau.

• Côté flamand: le gouvernement flamand n’a pas attendu la note interprétative pour donner son feu vert à la signature, contrairement aux gouvernements bruxellois et wallon.
• Côté wallon: le ministre-président Paul Magnette a émis le souhait de voir avant tout le parlement, jusqu’ici réticent quant au Ceta, s’exprimer une nouvelle fois par voie de résolution au sujet des éclaircissements fournis dans la note interprétative.

Advertisements

2 commentaires on “La Belgique bloque la signature du CETA”

  1. Dupont Karin dit :

    Ne pas soumettre l’accord du traité de libre-échange au vote des Parlements nationaux c’est le comble du déni de démocratie!

    • Non merci dit :

      en ce qui concerne le CETA
      – adoption par les gouvernement ?
      si oui
      – adoption par le Parlement européen ?
      si oui
      – adoption par chaque Pays (selon les règles de leur constitution)