« DIVERSION » : un court-métrage qui nous transporte dix ans après le TAFTA

En l’an 2026, Alan ne veut plus sortir de chez lui depuis des mois, en proie à une trop grande peur du monde extérieur. Il vit seul sous l’influence d’une mère qui l’aime, mais qui le manipule. Un beau jour, il rencontre Shana, une militante qui entend bien déranger le 10e anniversaire de la signature du traité de libre-échange transatlantique (TAFTA).

 

 

En l’an 2026, Alan ne veut plus sortir de chez lui depuis des mois, en proie à une trop grande peur du monde extérieur. Il vit seul sous l’influence d’une mère qui l’aime, mais qui le manipule. Un beau jour, il rencontre Shana, une militante qui entend bien déranger le 10e anniversaire de la signature du traité de libre-échange transatlantique (TAFTA).

Lire la suite »


4 juin, Nuit Debout Paris se déclare Zone Hors CETA et TAFTA

 

13254547_246197479077826_8530171309952572436_n

 

4 juin, Nuit Debout Paris se déclare Zone Hors CETA et TAFTA

Lire la suite »

Madrid est désormais hors TAFTA et hors CETA.

The city of Madrid approved today, with the support of PSOE and Ahora Madrid, a declaration against TTIP and CETA. The hard work of the local campaign against TTIP and CETA has proved their results and from today on, Madrid is a #TTIPFreeZone.
 

“Los municipios españoles y las Comunidades Autónomas se encuentran en el punto de mira del TTIP y del CETA”, explica la moción presentada en pleno por Ahora Madrid en referencia a los acuerdos que según la moción “han suscitado preocupación con respecto a la defensa de valores de democracia y la soberanía popular y la debida protección de los derechos laborales, medioambientales y de salud de una parte importante de la ciudadanía que teme que en estas negociaciones el interés comercial de los inversores y las empresas transnacionales pueda llegar a prevalecer sobre el interés general”.

Con esta moción el grupo de gobierno local de la capital de España pretende unirse a las más de 1.800 ciudades eruopeas que han presentado y aprobado mociones en las que muestran su rechazo ante estos tratados de libre comercio. El Concejal de Economía y Hacienda de Madrid Carlos Sánchez Mato ya asistió al evento que se celebró el pasado mes de abril en Barcelona y que dió cita a más de 40 municipios de toda Europa que se comprometieron a mostrar su rechazo al TTIP. Durante el acto inicial el concejal de Ahora Madrid declaró que “en esta batalla, Madrid estará con todos estos municipios en contra de este tipo de tratados de libre comercio” . Entre las ciudades europeas podemos encontrar a Munich, Bruselas, Barcelona, Sevilla, Viena o Milán.

La moción presentada por el equipo de gobierno madrileño también muestra su rechazo a estos tratados de libre comercio hasta que se garantice que EE. UU. ratifica los 8 convenios fundamentales de la Organización Internacional del Trabajo (OIT), ya que hasta la actualidad sólo ha firmado 2. También se garantice que la contratación pública queda excluida de las negociaciones del TTIP y del CETA, de manera que el Ayuntamiento de Madrid pueda decidir libremente el formato de las licitaciones públicas, incluyendo cláusulas para favorecer a PYMES. Se asegure de que EE. UU. retira las propuestas para que el TTIP permita la entrada de Organismos Genéticamente Modificados en la Unión Europea o se retire el principio de precaución, tal y como se muestra en los borradores del texto en vías de negociación filtrados por Greenpeace Holanda. Y que por último se garantice que ni TTIP ni CETA permitan ningún tipo de mecanismo por el que empresas extranjeras puedan demandar ante tribunales privados medidas tomadas por el Ayuntamiento de Madrid en beneficio del interés público, tales como la decisión para dejar de usar glifosato o la remunicipalización de los servicios funerarios.

La campaña #NoalTTIP, que alberga a más de 300 colectivos del Estado español, y que ya en marzo había solicitado al ayuntamiento de Madrid que mostrara su rechazo a estos tratados, celebra la noticia de que Madrid finalmente se haya unido a esta red de ciudades para iniciar trabajos de colaboración con otros distritos y municipios en aras de que se organice un amplio debate público sobre TTIP, CETA y otros acuerdos comerciales con la mayor transparencia y participación ciudadana posibles.

Para el activista de la campaña NOalTTIP y Ecologistas en Acción Tom Kucharz « es un hecho político sin precedente y muy esperanzador que una capital europea como Madrid se sume a los ayuntamientos por el bien común y los 1.800 gobiernos municipales ». Además añade que « una declaración así en Madrid, el centro estratégico del IBEX35, muestra que otro tipo de políticas alternativas es posible ».

« Para la Campaña NoalTTIP estaba siendo un reto el conseguir que en el Ayuntamiento de Madrid se debatiera la moción. Por lo que es un objetivo cumplido », explica Cuca Hernández, activista en la campaña y en ATTAC. « Es una victoria simbólica que escenifica muy bien la resistencia ciudadana y la representación de esa ciudadanía por los concejales en el pleno », concluye Hernández.

En cuanto al apoyo del PSOE a esta moción, partido que ha votado favorablemente a la continuidad en las negociaciones de estos tratados en Bruselas, Kucharz comenta que « ahora enmienda a los despachos de la calle Ferraz, que hasta ahora han apoyado las políticas neoliberales de la Unión Europea, y eso es gracias a la presión de los movimientos sociales y las confluencias municipalistas »

Para los integrantes de la campaña « NoalTTIP » este es un paso importante pero no el último. A finales de año se debe ratificar el CETA en el Europarlamento y desde esta alianza de organizaciones y activistas se está planeando una gran movilización descentralizada en Europa para octubre.

En el nivel municipal, Kucharz piensa que « gobiernos municipales o regionales pondrán en marcha medidas para frenar el proceso de firma del CETA, como lo ha hecho el parlamento y gobierno regional de Valonia (Bélgica) recientemente ». Además la campaña debe « fortalecer las alianzas con las ciudades en EE.UU. y Canadá que se han declarado en oposición al CETA, TTIP », concluye el activista.


La pétition Européenne auto-organisée (ICE) « STOP TTIP / TAFTA » : les 3 400 000 signatures sont dépassées

… à vous de faire franchir les 4 000 000

 

SIGNER et FAIRE SIGNER est toujours le mot d’ordre

Logo.png

—> https://stop-ttip.org/fr/signer/

 

 

 

 

pour voir la carte —> https://stop-ttip.org/ecimap/

 

 

stop-ttip_150x240_fr


Des militant⋅e⋅s du collectif Stop TAFTA s’invitent au séminaire du Medef

 

Ce mardi 19 avril, des militant.e.s du collectif Stop TAFTA ont interrompu musicalement le séminaire « TAFTA : mythes et réalités » organisé par le Medef. Il s’agissait de rappeler aux personnalités présentes l’opposition de plus de 3,4 millions européen⋅ne⋅s aux traités transatlantiques (TAFTA et CETA).

Le collectif Stop TAFTA, regroupement de 75 organisations de la société civile, a interrompu ce mardi 19 avril le séminaire « TAFTA : mythes et réalités » organisé par la première organisation patronale, le Medef. Le séminaire était composé de différentes tables rondes faisant intervenir une très large majorité de partisans du projet d’accord euro-étasunien (TAFTA), à savoir négociateurs, les grands groupes ainsi que les lobbies.

Le groupe de militant⋅e⋅s a en effet profité de l’intervention de Cécilia Malström, Commissaire européenne au Commerce, afin de lancer son interpellation musicale. Il a entonné le chant « Do you hear the people sing » issu de la comédie musicale des Misérables. Ces citoyen⋅ne⋅s entendaient alerter les négociateurs et les lobbies sur leur manque d’écoute face à un mécontentement sans cesse croissant issu de la population européenne au sujet des négociations visant à aboutir à la ratification du Traité transatlantique entre les États-Unis et l’Union européenne.

« En brandissant différents messages tels que “De la solidarité, pas de la compétitivité”, “Sauvons le climat, pas le TAFTA”, le collectif souhaite dénoncer ce traité néfaste négocié en toute opacité, au mépris de l’intérêt général des peuples européens et américain, et ce au seul bénéfice des multinationales » rappelle Johan Tyszler, animateur du collectif Stop TAFTA. Et d’ajouter : « cette incursion chantante doit faire comprendre aux négociateurs, aux lobbies mais également au gouvernement qu’ils ne peuvent plus ignorer l’avis de la population. Ce ne sont pas moins de 3,4 millions d’européens qui sont aujourd’hui opposés au projet d’accord, et plus de 560 collectivités territoriales qui se sont déclarées zones hors TAFTA ».

Alors que les négociations autour du projet d’accord euro-étasunien (TAFTA) s’accélèrent – le 13e cycle interviendra la semaine du 25 avril à New York –, les sociétés civiles européennes marquent chaque jour davantage leur opposition à un accord qui vise à démanteler les protections douanières restantes – lesquelles permettent de préserver certains secteurs sensibles, à l’instar de l’agriculture, face à une concurrence extra-europénne – et en s’attaquant aux normes sociales et environnementales. Cet accord scellerait le sort des économies européennes et états-unienne dans une même allégeance ultralibérale aux profits des multinationales. Ce ne sont pas moins de 3,4 millions d’européens qui s’opposent aujourd’hui aux accords transatlantiques. 651 collectivités territoriales se sont en outre déclarées hors TAFTA afin de signifier leur rejet.


Les collectivités européennes s’opposent aux TAFTA, CETA et TiSA les 21/22 avril à Barcelone

 

Des maires et conseillers municipaux de toute l’Europe se réunissent à Barcelone les 21 et 22 avril à l’invitation de la Maire Ada Colau pour exprimer leur opposition aux traités transatlantiques de commerce et d’investissement qui menacent directement les compétences des collectivités territoriales.

Réunis à Barcelone le 21 et le 22 avril prochains, les élus et représentants locaux inaugureront le réseau international de résistance des collectivités locales à la nouvelle génération de « traités commerciaux toxiques » : TAFTA, CETA et TiSA.
Plus de 1 500 municipalités, villes, arrondissement et régions d’Europe ont d’ores et déjà adopté des résolutions soulignant leurs inquiétudes à l’égard du Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (communément désigné en France par le signe anglophone TAFTA), de l’accord UE-Canada qui devrait être discuté à Bruxelles à l’automne, ou de la négociation plurilatérale sur les services (TiSA).

Plus de trois millions de citoyennes et de citoyens à travers l’Europe ont signé l’Initiative citoyenne européenne auto-organisée contre le TAFTA et les traités semblables, dont ils estiment qu’ils menacent le droit du travail, les services publics et la protection des consommateurs. En plus de ces préoccupations, les élus locaux s’inquiètent du fait que ces traités pourraient :

  • Remettre en cause leurs politiques de marchés publics, souvent conçues pour soutenir les PME et l’économie locale ;
  • Bloquer toute possibilité d’évolution législative qui permettrait aux collectivités territoriales de mener des politiques « d’achat local » ;
  • Limiter leur capacité à interdire des pratiques telles que la fracturation hydraulique (utilisée dans l’extraction de gaz de schistes) ou encore l’utilisation de fertilisants, de désherbants et de pesticides nocifs ;
  • Accroître le contrôle et l’influence du pouvoir national sur les pratiques et politiques des collectivités locales.

« Le CETA sur lequel l’UE et le Canada se sont accordés a été publié récemment. Ce traité rendra beaucoup plus difficile les politiques de remunicipalisation de la fourniture d’eau, d’énergie ou d’autres services publics, explique Amélie Canonne, Présidente de l’AITEC et animatrice de la Campagne Stop TAFTA en France. Les villes et collectivités seront poussées à basculer une plus grande part de leurs services publics dans le domaine marchand. »

La ville de Barcelone accueille l’événement, qui rassemblera des maires, des conseillers, des représentants de la société civile engagés dans des campagnes pour la justice économique, sociale et environnementale, des parlementaires européens et des experts du commerce international. Ce nouveau réseau s’efforcera de peser auprès des gouvernements nationaux et des instances communautaires. Il se donne également pour tâche de promouvoir, auprès des élus locaux d’Europe, les politiques locales alternatives à la libéralisation du commerce et de l’investissement, qui sont à même de favoriser l’emploi, les droits sociaux et la justice écologique dans les territoires.

Pour Gerardo Pisarello, Premier adjoint à la maire de Barcelone, en charge de l’économie, du travail et de la planification stratégique, « Beaucoup de villes et de régions ont adopté des résolutions critiques à l’égard du TAFTA et du CETA. C’est plus que bienvenu. Cette démarche soutient la protestation contre les accords de libéralisation du commerce et des services que sont le CETA, le TAFTA et le TiSA. La fondation du nouveau réseau européen de municipalités à Barcelone vient démontrer aux gouvernements et à la Commission européenne le sérieux des revendications portées par les collectivités lorsqu’elles défendent leur droits politiques légitimes à être consultées dans le cadre de l’élaboration de ces nouveaux accords de libre-échange ».

La campagne européenne Hors TAFTA

Contact :
Nils Loret
Coordinateur européen du réseau des collectivités Hors TAFTA
01 43 71 22 22 / 06 67 11 71 93
nils.aitec@reseau-ipam.org

Pour en savoir plus :
- La carte européenne des collectivités Hors TAFTA : https://map.ttip-free-zones.eu/
- Présentation de la rencontre sur le site de la campagne Stop TAFTA espagnole :
http://www.noalttip.org/encuentro-pan-europeo-de-municipios-libres-de-ttipcetatisa/
- L’infographie : Territoire TAFTA ou Territoire d’alternatives
- TAFTA, CETA et marchés publics : Un cadeau empoisonné pour les collectivités locales et les PME

***

vendredi 15 avril 2016, par AITEC


CORFOU HORS TTIP / TAFTA !

CORFOU HORS TTIP!
Le conseil municipal de CORFOU vient de déclarer l’île de Corfou  HORS TTIP à l’unanimité.
C’est la deuxième municipalité en Grèce, après la municipalité Egaleo ( Banlieue d’Athènes) déclarée Hors TTIP en mars dernier.
 

Merci à Constant Kaïmakis